Le vin en robe vegan

Alors que les foires aux vins ont débuté depuis fin août, il ne vous a peut-être pas échappé que de nouvelles appellations viticoles arrivent en force. Parmi elles, ont trouve le VIN VEGAN. De prime abord, rien d’étonnant puisque le véganisme* n’a jamais été aussi tendance mais à bien y réfléchir on peut se demander pourquoi les deux mots sont associés étant donné que le vin est sensé être du raisin et donc de nature 100% végétal.

Et bien non, il n’en est rien…  Au delà du raisin présent certes en quantité majoritaire, il est possible d’y trouver des composés d’origine animale… Oui vous avez bien entendu, des composés d’origine animale.

Je vais tenter de vous expliquer pourquoi… Lors de la vinification du vin et plus précisément lors de la fermentation alcoolique, le raisin se décompose, les levures vivent et meurent, produisant ainsi des protéines et des résidus qui troublent le vin. Les consommateurs préférant des vins limpides et brillants, les producteurs ont coutume de pratiquer « le collage », une pratique ancienne qui consiste à assurer la clarification et la stabilisation du vin.

L’ajout de colles va ainsi permettre l’agglomération des protéines et résidus pour former des flocons qui vont sédimenter au fond des cuves ou des barriques, permettant ainsi d’obtenir des vins limpides. Incroyable mais vrai…

Si l’on utilise parfois des colles minérales telles que de l’argile ou de la silice, le plus souvent il s’agit de colles organiques pouvant provenir de gélatine de porc, de caséine du lait, de blanc d’œuf ou encore de colles de poissons. Quelle horreur !

Ce qui est très agaçant, c’est que cette étape de collage pourrait tout à fait être évitée si les producteurs (et les consommateurs) n’étaient pas si pressés. Car en prenant plus de temps (2 ou 3 ans) les lies auraient plus de temps pour se déposer naturellement au fond de la cuve ou de la barrique. Les colles ne sont alors pas indispensables.

Mais ce n’est pas tout… Non content de trouver des substances animales dans un produit qui n’avait aucune vocation à l’être, les colles organiques qui sont rajoutées dénaturent le vin et modifient défavorablement ses qualités organoleptiques.

Sachez que pour les vins élaborés à partir des récoltes de 2012, l’étiquetage des mentions « lait » et « œuf » est obligatoire à partir de 0,25 mg/litre.

Bonne nouvelle, on voit désormais apparaître le label vegan sur certaines bouteilles de vin. Il y a principalement deux labels « vegan » : celui porté par la Vegan Society et le « Label V » présent au niveau européen, qui a été développé par l’Union européenne en 1996. Il est géré en France par l’Association végétarienne de France depuis 2016.

Il existe en 2 déclinaisons : une végétarienne et l’autre végétalienne. Dans cette dernière, il garantit l’absence d’utilisation de produit d’origine animale dans le produit final ainsi que dans toutes les étapes de sa production et/ou de sa transformation. Ce label interdit également les OGM.

3 questions que l’on se pose souvent aux sujets des vins vegan

Un vin vegan est-il forcément 100% végétal ?
Pas forcément car s’il ne contient pas de substances animales, il peut contenir des produits de synthèse comme par exemple des levures.

Un vin labellisée vegan est-il forcément bio ?
Malheureusement non car si le « Lavel V » encourage les producteurs à suivre les règles de l’Agriculture Biologique, il n’y a pas d’obligation en la matière.

Un vin en biodynamie est-il forcément vegan ?
Oui et non… La biodynamie a en effet pour vocation de protéger le système immunitaire de la vigne. Pour y parvenir, les cahiers des charges recommandent d’utiliser certaines préparations comme des dérivés de bouse ou de corne. Si ces substances ne sont à aucun moment utilisées dans le vin, certains puristes vegan pourraient estimer que cela va à l’encontre de leurs principes. Chacun se fera sur le sujet sa propre opinion…

La solution : choisir des vins à la fois bio et vegan.  Et si possible sans sulfites ajoutés qui garantissent moins de 10 mg de sulfites par litres. Je sais, ça commence à faire beaucoup !

Je vous mentirais en vous disant que l’offre sur le marché est conséquente, mais sachez que des enseignes comme Naturalia en proposent désormais pour notre plus grand plaisir.

* refus de toute exploitation animale

La sélection de Suzane

Rouge- Gérad Bertrand – Prima Nature – IGP d’OC – Cabernet Sauvignon 2016

Vegan & Sans sulfite ajouté

Belle robe d’un rouge pourpre sense. Le nez révèle des arômes de fruits rouges subtilement épicés. L’attaque en bouche et souple, franche, sur une structure élégante et veloutée avec de riches arômes fruités. Une belle expression du Cabernet Sauvignon, fruitée et concentrée, dans ce beau vin gourmand.

En accompagnement de viande grillées ou de plats finement épicés.

6,35€ -75 cl Chez Naturalia

 

 

Blanc – Gérad Bertrand – Prima Nature -IGP d’OC – Muscat sec 2016

Vegan & Sans sulfite ajouté

Or jaune pâle étincelant. Un nez subtil au premier abord pour exprimer ensuite avec une superbe richesse des arômes intenses de roses, de fruits exotiques, d’agrumes et de fleurs blanches. La bouche est souple et rafraîchissante, joliment équilibrée entre ses arômes gourmands et fruités et de belles notes minérales. Un vin tout en légèreté qui reste pourtant très expressif dans sa belle palette aromatique.

En apéritif pour lui-même mais aussi sur des plats exotiques. des volailles grillées ou, pour rester dans un accord  agréablement frais, une salade de fruits frais et croquants.

6,35€ -75 cl Chez Naturalia

 

 

Blanc – Domaine Grange des Moines – Fanny Boyer – AOP Costieres de Nîmes 2016

Vegan & certifié bio

Belle robe jaune aux reliefs paille. Le nez est dominé par des notes de fruits à chair blanche avec une élégante minéralité. En bouche, une attaque souple et une belle structure pour ce vin d’une grande fraîcheur minérale équilibrée par de beaux arômes fruités. Un vin blanc complet et beau en apéritif, sur un fromage frais ou sur des makis riches types « california ».

6,50€ -75 cl Chez Naturalia

 

Pendant LA FOIRE AUX VINS NATURALIA (du 13 septembre au 1er octobre), vous bénéficierez de 20% de remise sur 2 des vins de cette sélection.

LA SÉLECTION DE SUZANE

Gérard Bertrand Prima Nature – Igp D’oc – Cabernet Sauvignon 2016

6,35€

Gerard Bertrand Igp D’oc – Muscat Sec 2016

6,35€

Domaine Grange Des Moines – Aop Costières De Nimes 2016

6,50€

Pour en savoir plus…  Je vous recommande l’excellentissime guide de Claire Brachet : Des vins vegan et végétaliens aux éditions la plage

Un vrai coup de cœur pour ce premier ouvrage consacré aux vins vegans et végétaliens. L’auteur, experte en œnologie et fondatrice de Double V, propose des conseils en vins et cuisine végétale. Elle propose une sélection d’une centaine de vins sur 50 domaines français. Des vins 100 % raisin sans aucun produit d’origine animale (albumine, blanc d’œuf, colle de poisson, gélatine, caséine…), traditionnellement utilisés par les viticulteurs. Pour chaque vin, on retrouve une suggestion d’accord avec un menu vegan complet et d’autres idées en vrac.

14,22€ A shopper sur le site des éditions Laplage

Pas de Commentaire

Poster un commentaire